Catégorie seiyû féminin

Votez pour la meilleure seiyû de l'année.

Le sondage s’est terminé le 20 Fév 2016 09:34

Megumi Han
4
25%
Aya Hirano
11
69%
Marina Inôe
0
Aucun vote
Masako Nozawa
0
Aucun vote
Aimi Tanaka
1
6%
 
Nombre total de votes : 16

Catégorie seiyû féminin

Messagepar jules » 22 Déc 2015 15:52

Image




Cette année, l'équipe Animeka a décidé de récompenser les seiyû, ses acteurs et actrices spécialisés dans le doublage. Bien évidement nous n'avons pas la prétention de désigner les meilleurs doubleurs dans une langue qui n'est pas la notre. Notre objectif est plutôt de mettre en avant certaines performances qui, cette année, nous ont parues remarquables ou inhabituelles. Cela sera aussi l'occasion pour nous de parler de ces éléments indispensables à l'animation japonaise mais encore trop méconnus en France que sont les seiyû.
Cette petite explication terminée, nous vous invitons à découvrir notre sélection des "meilleures" performances de doublage en 2015, en version féminine.


Megumi Han pour le rôle de Riko Mon Histoire.
Pour faire face à la prestation puissante de Takuya Eguchi, il fallait une voix féminine douce mais sûre. Curieusement, le choix de créateurs de cette série s'est porté vers une doubleuse habituée aux rôles de femmes violentes. Avec sa voix plutôt grave, Megumi Han avait parfaitement interprété Jeanne d'Arc dans Shingeki no Bahamut et Five dans Terror in Resonance et le fait de la choisir pour le rôle de Rinko était plutôt surprenant. Pourtant, sa prestation est bluffante, sa voix est méconnaissable et son interprétation est extrêmement convaincante. Du très bon boulot.

Aya Hirano pour le rôle de Migi dans Parasite.
Dans la série Parasite, quand on regarde le personnage de Migi, cette créature occupant le corps d'un adolescent, on est incapable de déterminer son genre. Et pour cause, comme tout ses congénères, Migi est asexué et sa voix se doit donc d'être inclassable. C'est ce défi ambitieux qu'a dû relever la célèbre doubleuse Aya Hirano, et le résultat est impressionnant. En effet, l'actrice livre une prestation hors norme, asexuée et froide. Malgré cela, les sentiments de cette créature étrange nous parviennent peu à peu et elle arrive même à nous arracher la larmichette à quelques occasions. Bel exploit !

Marina Inôe pour le rôle de Yûta dans Punchline.
Yûta, c'est l'esprit d'un homme dans un corps de femme et pour l'interpréter de manière crédible, il fallait une femme capable de prendre des accents masculins.
Dans l'animation japonaise, il n'est pas rare que des actrices prêtent leur voix à de jeunes héros intrépides ou à certains guerriers venus de l'espace. Mais dans le cas présent, la dualité entre corps et esprit étant l'une des clefs du scénario, l’interprétation se devait d'être de qualité. Pour les rôles complexes, il faut nécessairement des seiyû d'exception et Marina Inôe fait partie de ceux-là. Avec plus de dix ans d'expérience et une gamme de rôles très large, elle a su trouver l'alchimie parfaite entre féminité et masculinité, énergie et tourment.

Masako Nozawa pour le rôle de Son Goku dans Dragon Ball Z Kai.
Pour ceux qui ont découvert Dragon Ball par le biais de sa version francophone, le doublage original a de quoi surprendre. En effet, il faut savoir que Son Goku est l'un des très rares personnages iconiques de l'animation à n'avoir été doublé que par une seule personne et en l’occurrence une femme : Masako Nosawa. Si la voix de cette jeune femme de 79 ans a parfois du mal à s'accorder avec la musculature proéminente du célèbre saiyan, elle devient impressionnante à chaque fois que les combats s'intensifient.
Nous avons été nombreux dans notre jeunesse à envoyer des Kameha-meha fictifs en hurlant dans la cour de récré. Nozawa elle, continue à le faire aujourd'hui, avec autant d'énergie et d’enthousiasme qu'un jeune fan de Dragon Ball.

Aimi Tanaka pour le rôle de Umaru dans Himouto! Umaru-chan.
Umaru est une jeune femme à double facette. Si en public, elle semble être une adolescente modèle, elle a tendance a beaucoup se relâcher une fois rentrée chez elle.
Le principal défi de ce rôle était donc de jongler entre une voix douce et rassurante et une autre, beaucoup plus décontractée. Pour cela, le studio Doga Kobo a fait appel à une seiyû relativement peu expérimentée en la personne de Aimi Tanaka.
De notre point de vue d'occidentaux, ce choix fut judicieux car la prestation de cette jeune doubleuse est très convaincante, il faudra certainement la surveiller dans les années à venir.
Avatar de l’utilisateur
jules
Membre d'honneur
 
Messages: 2856
Enregistré le: 22 Fév 2011 22:18

Re: Catégorie seiyû féminin

Messagepar Angry Waifu » 11 Jan 2016 18:29

Aya Hirano, de très loin. Elle fait même les bruitages des "lames" de Migi, c'est une raison amplement suffisante.
Image
Avatar de l’utilisateur
Angry Waifu
Habitué
 
Messages: 265
Enregistré le: 29 Déc 2014 01:03

Re: Catégorie seiyû féminin

Messagepar JigoKu Kokoro » 16 Jan 2016 00:05

Hirano Aya parce que... ben Haruhi quoi ! :mrgreen:

Non plus sérieusement, elle reste avec Mizuki Nana, Horie Yui et Hanzawa Kana dans mon top des seiyû féminin :D
Image
Chigau ga ii desu yo. Honto ni.
JigoKu Kokoro no MAL / JK no Manga
Avatar de l’utilisateur
JigoKu Kokoro
Membre d'honneur
 
Messages: 5825
Enregistré le: 17 Juin 2013 22:19
Localisation: Ojisan Yuri no Animeka / Ningen soto, Bakemono naka


Retourner vers Animeka awards 2015

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron