Films asiats qui valent le coup

Pour discuter de tout et de rien, de sujets de société, du 7ème art, d'informatique...

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar xenofab00 » 20 Oct 2015 13:54

Jad a écrit:c'est le propre d'une guerre civile vous me direz

Ouais mais ça doit particulièrement faire échos au Coréens je pense. Les Coréens sont très fiers d'avoir résisté et gardé leur identité (et une bonne partie du temps leur indépendance) alors qu'ils ont toujours été entouré de grandes puissances qui sont parfois devenus des envahisseurs (Chine et Japon). La fraternité entre Coréens devait donc être un sentiment plus vivace que chez nous, et probablement même qu'au Japon.
Au passage en parlant de résistance, la dernière série de vidéos dont je parlais sur le clash Japon/Corée met justement en scène ce qui reste probablement le général Coréen le plus connu, Yi Sun-sin, qui est aussi un héro national là-bas au même titre que Jeanne d'Arc chez nous. Et honnêtement, il gagnerait à être plus connu, j'ai été assez surpris par ses qualités tactiques, militaires, et humaines (oui oui).
Avatar de l’utilisateur
xenofab00
Sensei
 
Messages: 1444
Enregistré le: 11 Mar 2007 00:09

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar azraels » 02 Déc 2015 00:12

Bon, il me semble qu'il manque quelques références essentielles.
puisque le thème est à la Corée, intéressez vous tout particulièrement aux films de Bong Joon Ho, dont "memories of murder" déjà cité, mais aussi "The host":
Un film délicieusement décalé, empruntant les codes des films de monstres de série B mais qui livre avec intelligence une vision glaciale de la paranoia et l'hystérie collective, tout en étant emprunt d'un anti impérialisme (américain) assez évident.
également, "Madeo" (mother):
Un film relatant le combat d'une mère pour innocenter son fils (souffrant d'un sérieux handicap mental), d'un meurtre commis sur la personne d'une fille du village, un film touchant, plein de justesse (l'actrice jouant la mère est exceptionelle).

l'immense Park Chan Wook à bien sur réalisé la Trilogie de la vengeance et "Joint security area", mais mon récent coup de cœur se porte sur "Thirst":
un film mettant en scène: Un prêtre, des vampires, beaucoup de sang, une scène de sexe d'anthologie, un érotisme permanent, une violence cathartique et terriblement esthétique. Coup de cœur absolus et immédiat, je pourrait m'étendre sur des dizaines de lignes, mais je vous laisse tout le loisir de découvrir ce film.

Japon maintenant

Pour les amateurs cinéma dépeignant la folie, je vous conseille la filmographie de Takashi Miike, particulièrement "Audition" (tiré d'une nouvelle de l'un de mes auteurs préférés, Ryu Murakami) et "Ichi the killer", ce sont des films ultra violents, vous êtes prévenus :p.
voici une très bonne critique d'"Audition" pour les anglophones:
Spoiler sur :
This film is a truly proof that sound and images can be truly a hell; and Miike did a convenient hell in all conventions, dimensions and courage as a sledgehammer hits his audience in the skull and squeezing in our brain; the heart get stabbed and the mind meltdown; destroying and obliterating all the sense; the eyes and the ears and even the touch. It’s a very delirium experience and ultra sensory work. An auditory nightmare. A violent knock on the soul.

And the film begins with a grief; a very melodic music plays, almost melancholic a father and son look sadly to a woman dying in the bed; the gloomy sadness of a TV producer and his son begins. And nothing will fulfills their hearts till find: “ideal woman” or “ideal mother" – and of course: “ideal wife” -- Miike and subtly touches the loneliness of a man and a woman; a couple of world in solitude and existential hell. But make no mistake; this is not how things work here in this crazy story of a mad man for love, or a shy girl looking for company. What definitely happens in this fantastic story? Shigeharu Aoyama is well portrayed as a TV producer in constant mourning, and living in a life watered in widowhood, for example to ignore the portrait of the deceased wife, and turning his eyes to the beautiful girls in the photographs. Getting drunk on whiskey all day; sad eyes and an inexorable sadness of knowing a young woman in his life, and with the help of his friend produce a "false" audition in search of a new wife for life Aoyama. And the girl is found; is a lovely girl, beautiful and delicate almost a perfection of girl if it was not his tragic story this could be an amazing ballet dancer, but is not, and end up in a very shy and sad girl ever, and beautifully being played by Eihi Shiina being Asami Yamazaki. And Aoyama and Asami meet and fall in love.

And Miike fooled me to think was like that. And soundtrack as pointed fools you more yet; from melodic/melancholic rhythms when he presents the grief of father and son; a very funny and sweet tone in the moment which “fake” audition occurs to present many girls at the same time; or when Aoyama reads the back story from Asami (so tragic in tone, so gloomy in the feeling); the music from the film hooks you up depends the scenes which Miike builds; either tragic or happier or sweetie; asking yourself, where I am going? What is story is all about? – Unpredictable enough conforming the tone or atmosphere increases. Soundtrack by Kōji Endō, dialogues with narrative, and wisely guides you into this story of love and violence, foolishness of a man.

..Sound track by the way, is not the only sound who gestures the narrative dramatic, melodic or thrilling as the mood and the atmosphere at the same time; is the sound design which is the protagonist of the narrative; starkly and well aimed into viewer’s mind; An auditory nightmare like therefore said. And is a hell! – filled with raccords and sensory rhymes composed in your sublime climax; either noises or silence so well respected on editing work by Yasushi Shimamura (when x character cuts y leg; the silence and agony preserves the opportunity to the silence screens) – is very pointy end, edgy in these situations, like: (a girl in the dark silence of your Apartment back to us, and if phone rings; tense noise and a stark cry of a bag of bones meets this insane connection) - and so ends an absurd situation where the sound causes a thematic rhyme, and very macabre. The raccord is also violently jokes in our ears; an elegant design… is when the fire burns a girl….…

one frightened little girl with an insane man holding a stick of fire burning violently his little leg, so she hissed in pain, one agonizing scream does creak a wheelchair on the wooden floor, a hellish and subtle touch by raccord. There are times when the sound edge to the subtle and brilliant way to manipulate your delusional imagery, especially in its climax.

And audition with these technical elements can create surprises and moments of shock and horror (what else needs); Dynamic, agile, organic; without the usual predictability of the genre.

Kiri,Kiri,Kiri

..And foolishness of a man this film is all about; how stupid our heart can be, or obviously lack of brain…, poor heart of a man so crazy for love, or what the eyes don’t see, the heart don’t feel….And story continually follow the life of this man, in a rhythm slow pace, in constant slow burn, conform they meet each other… A girl which can’t barely see your face so shy, looking up at their feet; a conservative spirit to see their own body full of scars, traumas from past; full of shame, maybe? Woman can be crazy sometimes, and this film is a proof of that … and the beginning what it was all about gloomy urban sadness about love, loneness and being only after the fear for the past…A horror of woman so cold and starkly as that wire who can be able to cut the flesh and bones this woman is so scary kiri kiri kiri I have shivers up spines in those close-ups not so intensely graphs; fright, dread and fear they are more than a sharp knife or wire ... able to cut her leg like a saw or neck as rotten wood ...kiri kiri kiri I have shivers up spines in those close-ups not so intensely graphs; fright, dread and fear they are more than a sharp knife or wire ... able to cut your leg like a saw or neck as rotten wood ... and holding their feet with thick and firm handcuffs: clack! - A push so violent ... A Horror able to knock you down and wake up in a restaurant to the sound of cars buzzing in your ears table; a hell of images and sounds.kiri kiri kiri That’s is very frightening horror less than to scary but provoke. Miike did with excellence like a wire in the flesh and bones, and so hitting down the audience; without errors. kiri kiri kiri


Viennent ensuite quelques films plus personnels, je suis un grand amateur des films de Koji Wakamatsu, surtout connus pour ses "pink movies" des films érotiques possédant néanmoins une valeur artistique exceptionelle, "Violated angels", "ecstasy for the angels" et "go go second time virgin" sont des musts see, je vous prie de me faire confiance, ce sont d''excellent films.
"go go second time virgin" est l'un de mes films favoris, c'est un film magnifique, totalement indépendant, tourné avec un micro budget quasiment entièrement sur le toit d'un immeuble, de l'art pur; Voici un critique complète et bien meilleure que tout ce que je pourrait produire... pour les anglophones également:
Spoiler sur :
Close to being one of the best films I have ever seen, Yuke yuke nidome no shojo is a maliciously brutal and offsettingly beautiful masterstroke of sublime art that juxtaposes bleakness with beauty and emotional explosions with artsploitation and ultraviolence.

As all art is meant to become subjective the moment it enters into the individual mind realm, I personally decided to consider Go, Go Second Time Virgin - probably my favorite movie title in cinema history - as an allegory of teenage angst, and spiritual and physical perdition of adolescence in a fatherless world. The plot reunites two victims ultimately defenseless against perverted circumstances, which shape their psychotic, sadomasochistic view towards the world, but not forgetting about the human soul, Wakamatsu makes both characters consistently portray their remaining fraction of humanity screaming from within, searching for a last hope, or expecting die. The last portion of humanity left in them gradually diaappears in front of our eyes with jazzy melancholy, blues, and celluloid experimentation. The fact that we are watching the last part of their horrid perdition process before a breaking point of no return arrives makes the whole thing much more psychologically disturbing than it is graphically.

The transitions to color are otherworldly, and so is the cognitive dissonance provided during extended sequences of inhumanity with a gorgeous black-and-white cinematography that, indiscriminately, captures horror and beauty as complimentary companions in a dual existence.

Totally devoid of gray tones, 100% boundary-pushing, and astoundingly deep, constantly shifting from one side of the emotional spectrum to the other one like it does between color and B&W, Go, Go Second Time Virgin is interpreted as an experimental piece of Nūberu Bāgu exploitation in the best of cases, but rather deserves a more symbolic approach to it as a surreal essay of young folks living in a world devoid of control and adult guidance. The acts committed are unquestionably perverse, but the two protagonists act like children as well, playing with concepts of rape and death, lamenting the past, intentionally worsening the present, and not giving a fuck about the future. Not only youth, but the adult world is in exactly the same condition today, and keep adopting the same attitude.

99/100

Note: Important to notice is that this film is located right between the ending of the Nūberu Bāgu movement and the beginning of the Pinku films - such as Sex & Fury (1973) - and with enough arguments, it can be considered as a film belonging to the former, and an important predecessor of the latter.


Un petit dernier pour la route, avec un détour par Taiwan avec l'excellent "A brighter day of summer", réalisé par Edward Yang, une figure de la nouvelle vague taïwanaise.

Pour ceux que ça intéresse, je peut donner des précisions, il y à également des dizaines d'autres films et réalisateurs que j'adorerais partager avec vous, donc si cela intéresse qui que ce soit, faites le moi savoir :p, bon aller, encore un autre, le der der, sinon on va friser la boulimie: "the woman in the dune": c'est beau, point final
Avatar de l’utilisateur
azraels
Visiteur
 
Messages: 40
Enregistré le: 17 Juin 2013 20:12

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar Fowintoke » 02 Déc 2015 01:24

Tu avais compris que Thirst est une adaptation de Thérèse Raquin?

Sinon je complèterais la liste avec du japonais, je n'ai pas lu de commentaire sur Kitano, j'ai peut être loupé, en tous cas toute sa filmographie jusqu'à Zatoichi est excellente, après c'est plus expérimental.

Imamura, un des rares réalisateur a avoir eu de palmes d'or, dont une avec l'anguille que je conseille fortement.

Oshima, le réalisateur de l’empire des sens, a ensuite fait les excellent Furyo (avec Bowie et Kitano) et Tabou.

Et un homonyme du grand Akira (dont quasi toute la filmo est à voir), Kiyoshi Kurosawa a commis quand même quelques bon films, notamment Cure.
"Je suis vivant et vous êtes mort"
Avatar de l’utilisateur
Fowintoke
Habitué
 
Messages: 104
Enregistré le: 16 Juin 2009 18:10

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar xenofab00 » 02 Déc 2015 23:11

Bon j'irais pas jusqu'à dire que c'est un chef d'oeuvre mais j'ai coup de cœur pour un truc que je viens de regarder par hasard: A Tale of Samurai Cooking.
Ca traite de la vie à l'époque d'Edo par le prisme original de la cuisine (par opposition au sempiternel samurai). Honnêtement, j'ai été transporté dans le temps, le dépaysement est immédiat et l'ambiance très agréable. L'attitude générale des personnages mais aussi tout ce qui concernait la cuisine me semblait crédible. En plus l'histoire n'est pas désagréable non plus, avec une romance très mignonne, du genre que j'aime beaucoup.
Bref un film fraicheur cascade pour se détendre après le taf.
Avatar de l’utilisateur
xenofab00
Sensei
 
Messages: 1444
Enregistré le: 11 Mar 2007 00:09

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar Jad » 21 Jan 2016 12:11

Quelqu'un aurait vu Au dela des montagnes (Shan he gu ren)? Il parait qu'il est tres bon
Avatar de l’utilisateur
Jad
Senpai
 
Messages: 973
Enregistré le: 13 Nov 2014 11:55

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar xenofab00 » 04 Juin 2016 18:03

Coup de cœur pour un film Coréen que je viens de voir, un drame historique nommé Masquerade (ou Gwanghae, Wangyidoen namja en Corée).

J'ai beaucoup aimé le fait de me sentir réellement dans le 17ème siècle Coréen, contrairement à presque tous les films historiques Chinois que j'ai vu remplis d'arts martiaux fantaisistes et d'autoglorification dans tous les sens. J'aime décidemment plus la manière procéder des voisins, que ce soit les Japonais ou les Coréens.

L'histoire traite d'un roi qui devient paranoïaque (à raison) et qui après avoir trouvé une doublure parfaite, se fera remplacer temporairement suite à un événement. Le film n'est pas parfait, on tombe parfois dans la naïveté quand ça tourne au sentimental, mais ça restait de l'ordre du détail et je peux pas nier que j'étais dedans du début à la fin.

En plus, certaines pistes sont superbes: https://www.youtube.com/watch?v=Y2V01IUlL-U
Digne de grands compositeurs tels que Joe Hisaishi (par contre ça m'a fait drôle au début d'entendre une piste de ce "genre" dans un contexte historique purement Coréen, mais au final ça va bien).
Avatar de l’utilisateur
xenofab00
Sensei
 
Messages: 1444
Enregistré le: 11 Mar 2007 00:09

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar Sith » 04 Juin 2016 23:56

Désolé, je débarque, et je suis un peu perdu entre tous vos messages, donc je vais y aller tout droit:
Si je n'y connais pas grand chose en ce genre de cinéma (j'ai commencé Kagumesha mais j'ai pas fini et je dois le recommencer un jour) et si j'ai, je crois, juste vu "lady vengeance" (si c'est bien le film qui finit d'un façon plutôt différente de ce que son titre laisse entendre), vous me conseillez quoi réellement pour "entrer" dans le genre? sachant que j'ai beaucoup aimé un film chinois aussi que j'ai pas vu évoqué ici, un truc à base de montagne du tigre, qui relate un fait historique post deuxième guerre mondiale, si je me rappelle bien.
Image
Avatar de l’utilisateur
Sith
Ami d'Animeka
 
Messages: 509
Enregistré le: 27 Avr 2009 15:56

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar xenofab00 » 05 Juin 2016 00:20

Bah ça dépend quels genres tu veux, et de quel pays (j'ai remarqué des différences de traitement, de style etc...). On pourrait conseiller vraiment beaucoup trop de trucs à la fois si la demande est trop generale. Tu devrais probablement quand même lire les premiers post au moins en diagonal pour te faire une idée.
En plus ta mention d'un film historique chinois me fait penser même dans un style précis t'as de grosses différences, genre ici ça me rappelle qu'on ne peut pas comparer les fantaisies des films traitant de la Chine jusqu'à la fin du 19ème et leur films historiques plus réalistes sur le 20ième siècle. J'avais complètement oublié tout à l'heure mais en fait j'ai vu y a longtemps un film sur le viol de Nankin par les Japonais durant la WW2 que j'avais par contre assez apprécié.
Avatar de l’utilisateur
xenofab00
Sensei
 
Messages: 1444
Enregistré le: 11 Mar 2007 00:09

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar Sith » 07 Juin 2016 13:50

Ok merci Xenofab, je vais étudier ces messages (ils sont longs et pas spécialement digestes ^^).
Image
Avatar de l’utilisateur
Sith
Ami d'Animeka
 
Messages: 509
Enregistré le: 27 Avr 2009 15:56

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar xenofab00 » 07 Juin 2016 19:57

Nan mais je voulais pas le dire comme ça, mais disons qu'avec une petite indication sur le genre que te plairait ça serait plus aisé de te conseiller. Vu l'ampleur de ce qui existe.


EDIT: En tout cas moi j'enchaine les films Coréens qui vont direct dans mon top du pays. Leur industry du ciné m'étonne encore pour un pays relativement petit avec leur économie.

J'ai vu War of Arrow qui est excellent. Film d'action historique, j'avais peur que ça parte en robin des bois coréen qui protège le peuple patriotiquement (un peu le cliché relou Coréen), mais pas du tout. Une quête presque personnelle pour un film assez violent, limite plus proche d'un film Americain que d'un film Chinois.

Et enfin The Attorney qui est officiellement mon film Coréen préféré je pense, même si ses quelques longueurs parfois ne plairont pas forcément à tous (c'est juste un choix très personnel de ma part). Histoire vraie très intéressante datant de l'époque où les Sud-Coréens étaient paranos concernant les communistes. Le personnage principal est juste super (je ne sais pas dans quelle mesure l'histoire a été romancée), et cerise sur le gâteau, j'ai découvert sa destinée incroyable après le film.
A voir.


ps: Ah oui aussi vu Roaring Current, mais pas aimé le film, un comble quand on sait que j'adore cette périodique historique Coréenne (la seule que je connaisse bien en fait), mais c'est mauvais, superficiel et cliché. Gros budget though. Mieux vaut la vraie histoire de l'amiral Yi.
Avatar de l’utilisateur
xenofab00
Sensei
 
Messages: 1444
Enregistré le: 11 Mar 2007 00:09

Re: Films asiats qui valent le coup

Messagepar Jad » 11 Oct 2016 07:13

Voilà un film sud coréen qui m'a bien plu et bien surpris: Goksung (The Wailing en anglais ou The strangers en français, allez savoir pourquoi, d'autant qu'il n'y a qu'un seul étranger dans le film... Bref...).
Le film démarre par un meurtre assez gloque. Je m'attendais à suivre un film à la Memories of Murder, sauf que pas du tout, on se retrouve sur un truc qui ressemble plus à un mix entre Rosemary's baby et l'Exorciste. Bon ok ça n'arrive pas à leur niveau, mais la comparaison est déjà flatteuse.
C'est tres reussi et ça fait assez froid dans le dos à certains moments. La gamine est flippante. C'est aussi, je pense volontairement, ridicule par moment notamment lors des performances du Shaman.
Le final est assez surprenant et le film dans son ensemble est vraiment réussi. Je suis vraiment de plus en plus surpris de la qualité des films sud coréen.
Bon par contre le film est un peu long, 2h30 quand meme, mais on ne les sent vraiment pas trop passer :)

Edit:

Je continue sur ma lancée. J'ai vu Shan He Gu Ren hier (Au delà des montagnes en français). Un tres beau film. Il raconte 3 epoques: le passé (1999, fimmé en 4:3), le présent (2014, filmé en 16:9 sans bandes noires. Pas sur que ça soit du 16:9 du coup), et le futur (2025, filmé en 16:9 avec bandes noires). Il commence comme un triangle amoureux banal et un peu mievre, mais il évolue rapidement vers un drame tres interessant (voire ambitieux par moments), touchant et émouvant souvent, osé aussi (pendant son dernier tiers). Le dernier plan du film est à ce titre vraiment superbe et touchant. Je le recommande.

J'ai egalement vu Nie Yin Yang (The Assassin). J'ai été moins convaincu de ce dernier. Il a pourtant eu le prix de la réalisation à Cannes, et effectivement la réalisation est tres reussie (tout le film est en 4:3, ce qui fait qd meme bizarre). Mais le film est extremement lent, voire contemplatif, ce qui fait aussi son charme, mais ça n'a pas pris sur moi. Le réalisateur a aussi préféré montrer des combats réalistes avec une utilisation minimale des "fils volants), ce qui est aussi un bon point. Certaines scenes m'ont rappelé Ran de Kurosawa, avec des plans filmant les scenes de combat de tres loin. Ya pas à dire esthétiquement c'est tres reussi, mais c'est bcp trop lent pour m'avoir happé. D'habitude je ne suis pourtant pas réfractaire aux films lents. Le film mérite malgré tout d'etre découvert je pense.
Avatar de l’utilisateur
Jad
Senpai
 
Messages: 973
Enregistré le: 13 Nov 2014 11:55

Précédente

Retourner vers Discussions Générales

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron