Iroduku Sekai no Ashita Kara

Iroduku Sekai no Ashita Kara

Messagepar Matchoss » 08 Nov 2018 22:38

Image

Fiche animéka

Synopsis :

Nagasaki. Dans un monde alternatif où la magie est encore légèrement présente dans la vie quotidienne, Hitomi Tsukishiro est une lycéenne de 17 ans qui vient d'une famille de mages. Ayant perdu la capacité à voir des couleurs depuis qu'elle est petite, elle a grandi sans émotions.
Kohaku, sa grand-mère qui est une magicienne de renom, l'envoie dans le passé à l'époque où elle aussi était une jeune fille de 17 ans, en 2018.

-MIRAhidote-


Avis :

Ce qui marque après le premier épisode, c'est la beauté visuelle de l'ensemble. C'est du très haut niveau. De plus, vu que les couleurs sont un des éléments de l'intrigue, l'accent est vraiment mis dessus. La qualité baisse un peu sur les épisodes suivant, mais ça reste bien au-dessus de la moyenne. PA Works a fait du très bon travail techniquement.

Je suis plus réservé quand à l'histoire qui prend vraiment son temps. On est dans le tranche de vie pur et dur avec un léger twist. La magie dans cet univers est relativement anecdotique, on est proche de la médecine de grand-mère mais avec de jolies couleurs. Le retour vers le futur est loin d'être la priorité de la narration. Je suppose que ça interviendra quand Hitomi se sera acceptée elle-même. D'ailleurs, mon soucis vient surtout du fait que j'ai toujours du mal à accrocher aux personnages très timides et renfermés comme notre héroïne. Elle n'est pas bien dans sa peau mais on a du mal à cerner pourquoi. Autre point qui me chiffonne, c'est l'aspect romance qui se développe par toutes petites touches. Je ne sais même pas si on peut parler de romance à ce niveau.
Par contre, les relations entre les personnages sont vraiment très réalistes et sonnent justes. C'est bien construit de ce point de vue, mais on s'ennuie un peu.

Bref, on a affaire à un anime tranche de vie qui est une perle visuelle. Mais quand on a un aspect un peu dramatique, il faut faire avancer l'histoire vu que l'on a pas beaucoup de comédie pour occuper le temps de l'épisode. J'ai du mal à me contenter des petits progrès de notre héroïne en guise d'intrigue. On verra si l'on finira par avoir une belle histoire.
Avatar de l’utilisateur
Matchoss
Rédacteur de fiches
 
Messages: 864
Enregistré le: 21 Déc 2014 22:43

Re: Iroduku Sekai no Ashita Kara

Messagepar Gally » 09 Nov 2018 17:59

Le premier épisode m'avait bien emballé mais bon finalement c'est un slice of life lambda.
On est dans la création (magie,photos,dessins) c'est sympathique.
Les couleurs, les paysages sont intéressants.
ça dit drame un peu partout sur la toile j'attends de voir à moins que ce ne soit que le fait que l'héroïne ne puisse discerner les couleurs.. et la romance est légère mais douce.
Je continue bien sûr parce que même si ça reste linéaire j'aime bien l'ambiance.
Avatar de l’utilisateur
Gally
Sensei
 
Messages: 1511
Enregistré le: 26 Sep 2013 00:14

Re: Iroduku Sekai no Ashita Kara

Messagepar Erinoxe » 29 Mar 2019 00:12

Honnêtement surpris qu'il n'y ait pas plus de réactions sur cet animé.

Au départ séduit par le synopsis et le visuel, je l'avais finalement laissé de côté suite aux reviews mitigées sur MAL. Mais rien à faire, je suis tombé amoureux de l'opening sur YouTube et la dernière fois que j'ai regardé un animé suite à un coup de coeur sur l'opening (ending exactement), ça m'avait plutôt bien réussi (Sakurasou no pet na kanojo, 9/10) ! Je me suis donc lancé la semaine dernière et l'ai terminé dans la foulée. Verdict : Excellente surprise !

Après la déception "Yahari Ore no Seishun Love Comedy wa Machigatteiru" (qu'est-ce que j'ai du me faire violence pour le terminer, tout ça pour ça, 5/10 par politesse), "Iroduku" a été un vrai bol d'air frais. Et hasard des choses, il m'a laissé les mêmes impressions que Sakurasou justement (et, par conséquent, écope de la même note de ma part) : à savoir un animé graphiquement très agréable, au casting pour ma part réussi (tous les protagonistes ne sont pas spécialement travaillés ou hauts en couleur, mais ils ont cette sincérité caractéristique des personnages réalistes et écrits correctement), à l'OST vibrant (je vous le donne en mille, je travaille cet opening à la guitare) , au rythme (trop ?) lent, au final admirablement bien travaillé et à la thématique touchante et correctement traitée.

Contrairement à d'autres Iroduku ne fait pas partie de ces animés coup de théâtre ni de ces animés qui vous apprendront une leçon de vie. Iroduku fait en revanche partie de ces animés qui vous mettront du baume au coeur, raviront vos yeux et vos oreilles, et qui possèdent cet agréable goût de "reviens-y". Si l'histoire est effectivement assez prévisible dans ses grandes lignes, sa structure "compte de fée", sa touche de magie (j'ai aimé la façon dont cette composante a été intégrée, simplement en tant qu'art au même titre que la photo ou le dessin, sans devenir envahissante ni prendre le pas sur le propos principal) et son ambiance particulière portée par les "cousines" Tsukishiro (gros coup de coeur pour le personnage de Kohaku au passage) font qu'il est assez facile de passer outre son "ventre mou" et de se laisser porter jusqu'aux 3 derniers épisodes en apothéose.

Car oui, si Iroduku oscillait entre un 8 et un 7 tout au long de son visionnage (il semble se perdre un peu en chemin mais progresse malgré tout, en tatonant au même rythme que son personnage principal), c'est bien sur sa fin qu'il délivre toute sa saveur et, tel un feu d'artifice, fait exploser tout ce qu'il a accumulé pendant son développement. On en ressort avec la sensation d'avoir vécu une très belle histoire, le coeur lourd mais remplit, avec cette fin aigre-douce poignante et magnifique, et on remercie P.A. Works de son travail.

Pourquoi pas un 10 alors ? Tout simplement à cause de quelques personnages secondaires un peu trop anecdotiques (mais en 13 épisodes, on ne peut pas tout traiter), une romance laissée un peu trop longtemps au point mort (il y avait moyen de l'exploiter un peu plus) et une "maladie" à la cause finalement un peu vite expédiée... Pas de quoi gâcher l'expérience de ce qui sera, pour moi, le meilleur animé de 2018 (vu en 2019).


PS : Pour l'histoire je n'ai appris qu'après (je suis assez ignorant en nom de studio) que P.A. Works était également à l'origine d'Angel Beats (tiens tiens, un autre 9/10) mais également True Tears (que j'ai moins aimé) et Charlotte (que j'ai pas aimé), je suis donc très curieux de suivre les prochaines productions de ce studio (la prochaine étant apparemment Fairy Gone).
Avatar de l’utilisateur
Erinoxe
Visiteur
 
Messages: 22
Enregistré le: 18 Oct 2014 14:22


Retourner vers Les œuvres d'Animation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

cron